Eric Flint et David Weber – 1634 : The Baltic War

Auteur :

Eric Flint

David Weber

Titre :

1634 : The Baltic War

2007 , 1072 pages

Cycle :

Assiti Shards vol. 7

L’histoire en bref :

Nous avions vu dans 1633 comment Grantville essayait de se prémunir d’une invasion par les armées combinées de la France, de l’Espagne et de l’Angleterre tout en essayant de trouver un moyen pour libérer les ambassadeurs américains enfermés dans Amsterdam assiégée par les forces espagnoles et ceux emprisonnés dans la Tour de Londres sur ordre d’un roi Charles faible et manipulé par ses conseillés.
Dans ce volume nous poursuivons le récit et voyons comment les Américains vont chercher à neutraliser les forces danoises hostiles à leur allié Gustave Adolphe, lui même assiégé dans le nord de l’Allemagne par une armée espagnole.
Les cuirassés américains construits sur le modèle de ceux de la guerre de Sécession sont maintenant prêts à entrer en action, mais il leur faut encore naviguer sur les rivières et les canaux d’Allemagne en passant sous le feu des canons de forteresses hostiles, avant de rejoindre la Baltique pour y ouvrir la voie aux renforts apportés par la flotte suédoise…
Pendant ce temps Rebecca Stearns, la jeune épouse juive du président américain, essaye de trouver une solution négociée entre les hollandais protestants assiégés et le très catholique frère du roi d’Espagne, bouillant jeune homme en charge de la reconquête des Pays-Bas.
Et comme si tout cela ne suffisait pas, il faut encore gérer les relations entre les « locaux » et les naufragés temporels…

L’avis d’Eumène :

On continue avec une recette qui marche bien. Ce livre étant la suite directe de 1633, je l’ai lu immédiatement après et non pas dans l’ordre de publication des romans, ce qui m’a semblé la meilleure des solutions. J’ai retrouvé dans 1634 The Baltic War les ingrédients, bons ou mauvais, qui avaient donné naissance à 1633. Il est plaisant de rencontrer des personnages historiques et de voir leur destinée radicalement altérée par la nature des évènements, même si l’on peut regretter que les auteurs ne passent pas plus de temps à nous décrire le quotidien des personnages non-américains.

Note finale :

8/10

Publicités

2 réflexions sur “Eric Flint et David Weber – 1634 : The Baltic War

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s