Lyon Sprague de Camp – Les pionniers de la Fantasy

Auteur :

Lyon Sprague de Camp

Titre :

Les pionniers de la Fantasy

2010, 377 pages

Cycle :

/

L’histoire en bref :

Quand un auteur reconnu de fantasy nous raconte la vie des auteurs qui l’ont précédé ou qu’il a personellement rencontré et, au travers de ces biographies, la grande époque des Pulps des années 30…
Découvrir Lovecraft, Howard, Tolkien et bien d’autres dans leur intimité, explorer leurs oeuvres, voir se tisser sous nos yeux les liens qui unissaient tous ces auteurs, le tout dans un style vivant et des plus agréable…

L’avis d’Eumène :

Lyon Sprague de Camp est une figure majeure de la science-fiction et de la fantasy, continuateur de l’oeuvre de Howard ayant publié plusieurs nouvelles de Conan, auteur aussi de « Lest Darkness Fall« , une très bonne uchronie…
Mais il fut aussi un individu au coeur de la galaxie de ces auteurs qui, dans les années 30, 40 et 50, ont formé la seconde génération des auteurs de la littérature de l’imaginaire. Cette génération qui, bien souvent, a pu rencontrer et échanger avec ses prédécesseurs et certainement pu recceuillir des informations à leur sujet.
Cet ouvrage, collection de biographies de plusieurs de ces fondateurs de la première heure, reprend des textes de la première moitié des années 70 rédigés en laissant délibérément de côté d’autres auteurs qui nous semblent aujourd’hui incontournable.
A chaque page on sent les opinions personnelles de l’auteur, qui sont aussi souvent liée à leur époque (ainsi l’homosexualité est-elle décrite comme une « déviance »), parfois il n’hésite pas à critiquer les écrits ou la vie privée de ses sujets, ce qui lui fut d’ailleurs parfois reproché par des fans ulcérés.
Le livre est très intéressant parce qu’il révèle les personnalités souvent torturées de ces auteurs qui connurent souvent la pauvreté, la maladie, la folie même et dont certains se suicidèrent. Ces fournisseurs d’évasion de l’esprit eurent souvent beaucoup de mal à échapper à leur propre réalité et leurs textes doivent peut-être beaucoup à ces parcours souvent tourmentés.
Alors on pourra bien sur repprocher les choix effectués par l’auteur (pourquoi ne pas donner plus de place à C.S. Lewis, le père de Narnia à peine mentionné dans la biographie de Tolkien, ou à Fretz Leiber et à son Souricier Gris ?), mais à quoi bon ?
Ce livre n’est en effet pas construit comme un ensemble, il est une collection de publications diverses légèrement remaniées, et à ce titre il est naturel que manquent articulation générale, progression de l’analyse ou même une conclusion.
Prenons le donc pour ce qu’il est, un témoignage éclairé et une source rare sur la vie d’auteurs auxquels une bonne part de la littérature du vingtième siècle doit une dette colossale.

Note finale :

9/10

Ils en parlent aussi :

Sci-Fi Universe
Phoenix Mag

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s