Bernard Cornwell – The Fort

Auteur :

Bernard Cornwell

Titre :

The Fort

2010, 495 pages

Cycle :

/

L’histoire en bref :

Alors que les 13 colonies luttent pour leur indépendance, l’Empire n’entends pas leur laisser l’initiative. Déployant un corps expéditionnaire sur la côte du Maine, il entends priver les corsaires américains d’une de leurs bases.

Le général McLean est à la tête de quelques centaines d’hommes d’infanterie et d’une poignée de navires de second rang. En face, plusieurs dizaines de navires dont une frégate lourdement armée et près d’un millier d’hommes parmi lesquels une poignée de Marines et une large composante issue de la milice du Massachusetts.

Un siège épique débute alors, près d’un mois durant lesquels tous les coups seront permis avant un dénouement aussi catastrophique que soudain…

L’avis d’Eumène :

Contrairement au lectorat initial visé par ce roman, je ne suis pas un spécialiste de la guerre d’indépendance américaine et je n’avais jamais entendu parler de l’expédition de Penobscott avant d’ouvrir ce roman. John Moore, personnage central du récit, ne m’était connu que par les romans d’Adrian Goldsworthy en raison de sa mort sous les murs de La Corogne durant les guerres napoléoniennes.

Ce fut donc un dépaysement total et fort agréable que celui offert par ce roman. Cependant on se doit de noter que les personnages manquent pour la plupart de profondeur, et que même des individus aussi importants que Paul Revere, héroïsé ultérieurement pour son rôle dans les premières années de la guerre d’indépendance, n’a droit qu’à un traitement sommaire. Seuls le n°2 des américains et le n°1 des anglais sont au final réellement traités de manière un tant soit peu approfondie et c’est bien dommage.

De même, à force de se focaliser sur le récit des évènements, l’auteur ne réussit pas vraiment à donner corps à l’ambiance qui anime ces deux troupes, en contraste là encore avec ce que d’autres ont pu écrire sur la même période. Même l’Azincourt du même auteur réussissait mieux dans ce domaine.

Ceci étant, cela reste une histoire intéressante et une lecture que l’on peut recommander à qui aime cette période.

Note finale :

7/10

Ils en parlent aussi :

/

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s