Gordon Kent – Peace Maker

Auteur :

Gordon Kent

Titre :
Peace Maker

2000, 624 pages

Cycle :
Alan Craik (vol. 2)

L’histoire en bref :
Après avoir conduit l’assassin de son père devant la justice, combattu dans la première guerre du Golfe et trouvé l’amour, Alan Craik, officier de l’US Navy, est désormais chargé de récolter des informations permettant aux forces US déployées en Méditerranée de veiller au respect de la trêve dans les Balkans. Il y découvre la frustration des hommes et des femmes qui, quotidiennement, voient des attrocités commises sans qu’ils ne puissent s’y opposer.

Sa femme, elle, officier du corps des Marines, a été réaffectée au projet Peace Maker, un programme dont elle espère qu’il la rapprochera de son rêve en la mettant en contact avec les acteurs de la conquête spatiale. Dans l’ombre, les ennemis du couple s’agitent eux pour faire avancer leurs propres intérêts.

Lorsque la situation se dégrade en Afrique centrale, tous verront leurs plans perturbés…

L’avis d’Eumène :
Deuxième volume d’une série que ses concepteurs avaient voulu comme une représentation de la carrière d’un officier moderne de la Navy, ce récit nous entraîne des Balkans au Congo et des coulisses de Washington à celles des porte-avions de l’US Navy. Une fois encore on note le soin du détail, l’expertise apportée par ce père et son fils qui, en puisant dans leur propre expérience militaire, on su donner naissance à une des séries de techno-thriller les plus abouties et cohérentes de l’époque.

Note finale :

08/10

Ils en parlent aussi :

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s