Cécile Guillot – La voie de la sorcière

palimpsestes-tome-1-impressionnisme-644221Auteur :

Guillot, Cécile

Titre :

La voie de la sorcière

Cycle :

Fille d’Hécate (vol. 1)

L’histoire en bref :

Une étudiante en psycho, orpheline un peu maladroite et paumée, rencontre un beau brun ténébreux et se laisse convaincre de le suivre dans son laboratoire pour un test. La suite ? Pas ce que vous croyez ! Parce que le jeune chercheur travaille sur un domaine bien particulier qui va faire prendre conscience à la demoiselle de ses dons parapsychologiques… Si bien des étudiants en psycho sont surtout en quête de réponses sur eux-même, peu nombreux sont ceux qui découvrent être héritiers de pouvoirs magiques ! Mais si ces pouvoirs peuvent amener de belles découvertes, ils peuvent aussi provoquer l’irruption de sombres pouvoirs dans la vie de leurs détenteurs…

L’avis d’Eumène :

Un deuxième titre acquis sur le stand des éditions du chat noir lors de la foire du livre de Bruxelles après une discussion avec les auteurs présents. Et, disons le tout de suite, une deuxième relative déception, notamment à cause du travail éditorial.

Je n’en étais pas page 35 que je m’étais déjà fait à plusieurs reprises la remarque que des mots manquaient dans les phrases, pourtant bien tournées par ailleurs. Au bout de 140 pages assez aérées et lues en seulement une heure, on ressent aussi la déception d’un ouvrage trop court et pourtant pas forcément sans longueurs, avec des passages d’introduction à la Wicca qui prennent parfois trop de texte.

Car il faut bien le dire : ce roman est surtout un livre d’initiation à cette philosophie new age et l’aspect qui avait attiré mon attention, en l’occurrence la référence à la déesse Hécate, n’est au final pas développé. Des pistes qui auraient aussi pu enrichir le récit, notamment son aspect thriller, n’ont absolument pas été développées et certains passages, en particulier ceux prenant la forme d’emails, semblent plus des artifices de facilité que de réels composants significatifs.

Par ailleurs les personnages manquent de profondeur, semblant n’être que des avatars de certaines caractéristiques comme « naïve » pour l’héroïne, « gentille » pour Dorine, « ténébreux » pour Alexandre, … ce qui ne permet pas non plus d’approfondir le récit. Or l’auteure a la capacité d’approfondir les choses, comme elle le montre avec ses descriptions des trajets entre Aix-en-Provence et Marseille, qui sont presque les aspects les plus travaillés du roman après les passages consacrés à la Wicca.

Je suppose que d’autres lecteurs pourront apprécier le roman plus que moi, mais je ne suis clairement pas le public visé pour ce texte. Dommage, car l’écriture de l’auteur est assez agréable et j’aurais pu apprécier un ouvrage au contenu un peu plus riche.

Note finale :

06/10

Ils en parlent aussi :

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s