Cécile Guillot – La voie de la sorcière

palimpsestes-tome-1-impressionnisme-644221Auteur :

Guillot, Cécile

Titre :

La voie de la sorcière

Cycle :

Fille d’Hécate (vol. 1)

L’histoire en bref :

Une étudiante en psycho, orpheline un peu maladroite et paumée, rencontre un beau brun ténébreux et se laisse convaincre de le suivre dans son laboratoire pour un test. La suite ? Pas ce que vous croyez ! Parce que le jeune chercheur travaille sur un domaine bien particulier qui va faire prendre conscience à la demoiselle de ses dons parapsychologiques… Si bien des étudiants en psycho sont surtout en quête de réponses sur eux-même, peu nombreux sont ceux qui découvrent être héritiers de pouvoirs magiques ! Mais si ces pouvoirs peuvent amener de belles découvertes, ils peuvent aussi provoquer l’irruption de sombres pouvoirs dans la vie de leurs détenteurs…

L’avis d’Eumène :

Un deuxième titre acquis sur le stand des éditions du chat noir lors de la foire du livre de Bruxelles après une discussion avec les auteurs présents. Et, disons le tout de suite, une deuxième relative déception, notamment à cause du travail éditorial.

Je n’en étais pas page 35 que je m’étais déjà fait à plusieurs reprises la remarque que des mots manquaient dans les phrases, pourtant bien tournées par ailleurs. Au bout de 140 pages assez aérées et lues en seulement une heure, on ressent aussi la déception d’un ouvrage trop court et pourtant pas forcément sans longueurs, avec des passages d’introduction à la Wicca qui prennent parfois trop de texte.

Car il faut bien le dire : ce roman est surtout un livre d’initiation à cette philosophie new age et l’aspect qui avait attiré mon attention, en l’occurrence la référence à la déesse Hécate, n’est au final pas développé. Des pistes qui auraient aussi pu enrichir le récit, notamment son aspect thriller, n’ont absolument pas été développées et certains passages, en particulier ceux prenant la forme d’emails, semblent plus des artifices de facilité que de réels composants significatifs.

Par ailleurs les personnages manquent de profondeur, semblant n’être que des avatars de certaines caractéristiques comme « naïve » pour l’héroïne, « gentille » pour Dorine, « ténébreux » pour Alexandre, … ce qui ne permet pas non plus d’approfondir le récit. Or l’auteure a la capacité d’approfondir les choses, comme elle le montre avec ses descriptions des trajets entre Aix-en-Provence et Marseille, qui sont presque les aspects les plus travaillés du roman après les passages consacrés à la Wicca.

Je suppose que d’autres lecteurs pourront apprécier le roman plus que moi, mais je ne suis clairement pas le public visé pour ce texte. Dommage, car l’écriture de l’auteur est assez agréable et j’aurais pu apprécier un ouvrage au contenu un peu plus riche.

Note finale :

06/10

Ils en parlent aussi :

Emmanuelle Nuncq – Impressionisme

palimpsestes-tome-1-impressionnisme-644221Auteur :

Nuncq, Emmanuelle

Titre :

Impressionnisme

Cycle :

Palimpseste (vol. 1)

L’histoire en bref :

 

La découverte à Delphes de la statue de la Pythie est une grande gloire pour la France et le professeur Homolle se fait une joie de la ramener au Louvre, dont elle sera indubitablement la nouvelle pièce majeure.

Mais bientôt le gardien Samuel et la visiteuse Clara, étudiante en arts, vont découvrir qu’il se produit de drôles de chose aux alentours de la statue… Pris par les événements, les deux jeunes gens vont être rapprochés par la statue tandis que le Louvre et Paris sombrent progressivement dans une folie qui saisit jusqu’au plus hautes sphères de l’Etat…

L’avis d’Eumène :

Acquisition faite lors de la récente foire du livre de Bruxelles après que l’auteure m’en ait vanté les mérites, ce roman se lit facilement et présente quelques idées intéressantes. Cependant je ne suis pas certain d’être vraiment le public ciblé par Emmanuelle Nuncq, ce qui fait que je ressort de cette lecture avec un avis en demi-teinte.

Si le fil narratif principal est sympathique et peut être associé à l’esprit d’une aventure d’Adèle Blanc-Sec, avec une ambiance fin 19ème version fiction non steampunk assez bien rendue, la place trop importante de l’histoire d’amour entre Samuel et Clara m’a repoussé. Non seulement elle occupe une place non négligeable dans le texte, mais en plus n’est-elle pas vraiment crédible dans la façon dont elle est présentée.

Par ailleurs cet amour est aussi symptomatique de l’autre grand défaut du récit : son caractère par trop brouillon. Car c’est bien connu, qui trop embrasse mal étreint et l’auteure embrasse ici trop de thèmes sans rien en faire… Ainsi le bisexualisme de Clara ne sert à rien dans l’avancement du récit et ne vient porter aucun message, la dépression de Paul ne sert aucun propos, les scènes historiques viennent simplement comme des tâches sur une toile plus large sans parvenir à l’illuminer d’une lumière impressionniste, …

Bref beaucoup d’éléments qui viennent un peu troubler la lecture, font se demander où veut en arriver l’auteure et donnent l’impression que le travail de l’éditeur n’a pas été suffisant pour canaliser sa passion et peaufiner l’oeuvre, pour lui donner de la profondeur. Cela est dommage, surtout pour un auteur qui a déjà plusieurs romans publiés à son actif.

Au final je donne une note positive grâce aux bonnes idées et au fait que le livre parle de l’Antiquité, mais je ne suis pas certain de lire la suite.

Note finale :

07/10

Ils en parlent aussi :

2015, année record, année numérique

La fin d’année approche, l’heure des bilans avec. Une fois de plus le blog n’a pas été maintenu très à jour, mais a néanmoins vu paraître quelques articles… mais bien moins qu’il n’aurait du. La faute à plein de circonstances et, bien sur, à ma paresse congénitale !

Enfin, paresse est un grand mot. Car cette année m’aura vu lire plus que jamais, avec 144 titres lus sur une PAL consolidée de 182 titres. 144 romans ou nouvelles, je n’en reviens toujours pas ! Bien sur le rythme d’acquisition a été frénétique (d’autant que je ne comptabilise pas les achats pour « l’autre bibliothèque » ou les acquisitions BD…). Rien qu’en décembre j’ai fait pour près de 400€ d’achats… de la folie !

Evidemment cette boulimie signifie également que la PAL est plus importante que d’habitude à l’issue de cette année : 38 titres non lus ou en cour, à comparer aux 24 de l’an dernier. Surtout seuls trois titres présent l’an dernier ont été lus cette année, deux présents depuis au moins 2011 et un acquis en 2013. A cela s’ajoutent 13 acquisitions 2015 que je n’ai pas encore eu l’opportunité de lire…

Le facteur exceptionnel de cette année réside évidemment dans l’acquisition d’une liseuse à l’occasion de mon voyage aux USA en mars dernier. Son apparition a entraîné une explosion de mes lectures, avec pas moins de 102 titres numériques lus, avec souvent de nombreux volumes issus de grandes séries : des Arsènes Lupin, des Bob Morane, … Il n’empêche, la liseuse a grandement augmenté mon temps de lecture en évitant que j’aie à attendre d’être chez moi pour prendre un nouveau livre lorsque je finis une lecture, ou en offrant des possibilités discrètes de lire un peu (comment ça j’ai lu un peu durant mes heures de boulot ? ). Surtout la liseuse m’offre l’opportunité de lire pas mal de nouvelles éditées au seul format numérique, me permettant de découvrir de nouveaux auteurs ou, tendance très américaine, des nouvelles se déroulant dans l’univers de séries de livres mais se concentrant sur des personnages secondaire, à l’instar des aventures de la confrérie du carrefour, lié aux aventures de Vespasien narrées par Robert Fabri. Cela signifie aussi que le chiffre impressionnant du nombre de titres doit être mitigé par le fait qu’un certain nombre de ces derniers sont des textes plus courts que d’habitude.

Si je classe par genre mes lectures, j’obtiens le tableau suivant : on voit bien les grandes tendances de 2015 s’afficher !

Aventure Classique Espionnage Fantastique Fantasy Historique Polars SF Techno-Thriller Uchronie
20 1 1 12 10 17 9 18 32 24

Bon, ceci étant dit il me reste à vous souhaiter d’excellentes fêtes de fin d’année et à retourner à mes lectures !

Une page bibliophile pour enrichir le blog

Suite à une discussion il y a quelques jours sur ma page Facebook concernant les éditions Opta, j’ai créé une petite page pour faire la liste des volumes que j’ai déjà et pointer l’une ou l’autre curiosité bibliophile : n’hésitez pas à la parcourir !

Si elle comprend surtout pour l’heure la liste des livres des éditions Opta, elle est appelée à se développer ultérieurement avec, notamment, les livres dédicacés par les auteurs et tout autre curiosité digne de mention !

Charles Stross – Halting State

Auteur :

Stross, Charles

Titre :

Halting State

Cycle :

/

L’histoire en bref :

Le crime, en cette fin de la seconde décade du vingt-et-unième siècle, a bien évolué. Heureusement la police aussi et le sergent Sue Smith sais usuellement quoi faire face aux voyous de toutes natures qu’affichent ses lunettes de réalité augmentée. Mais quand on l’appelle pour investiguer sur le cambriolage d’une banque par une armée d’orcs appuyés par un dragon, elle ne peut s’empêcher de se dire que c’est une bien drôle d’affaire qui commence. Qu’est-ce qu’un vol dans un MMORPG peut avoir à faire avec la police écossaise ?

Très vite pourtant elle va se rendre compte que les choses sont bien plus compliquées qu’elle ne le craignait et que des créatures de fantasy ne sont qu’un problème mineur à côté des requins de la finance, des armoires à glace d’Europol et des espions 2.0… Surtout, elle ne s’attendait pas à ce qu’un combat dans les rues d’Edimbourg, capitale de la plus jeune nation européenne, puisse avoir une importance capitale pour le futur de toute l’union. Cependant des alliés inattendus sont aussi prêts à la rejoindre, épée au poing, dans sa quête pour la justice et la vérité !

L’avis d’Eumène :

J’aime beaucoup les romans de Charles Stross en général, en particulier sa série de la Laverie, mais ce roman est un cran au dessus. Cyberpunk, philosophique, hilarant et simplement génial sont les mots qui me viennent à l’esprit pour caractériser ce roman qui se lit d’une traite (cela tombe bien, j’avais beaucoup d’heures de train pour revenir d’un petit week-end en Lorraine). Bien sur mon côté geek est ravi par bien des aspects du récit, mon côté amateur de technothrillers aussi, mais mon amour des bons mots et d’une littérature sachant sortir des canons aussi. Alors il est évident que le niveau d’anglais requis pour le comprendre est plus élevé que la moyenne, en raison notamment de la translittération de l’argot et de la prononciation écossaise. Mais cela participe au charme de l’oeuvre et à l’insertion dans ce monde si proche et si lointain à la fois.

Dans tous les cas une lecture à ne pas manquer !

Note finale :

10/10

Ils en parlent aussi :

René Barjavel – La peau de César

La peau de Cesar - Barjavel,Rene_resizedcoverAuteur :

Barjavel, René

Titre :

La peau de César (ebook)

Cycle :

/

L’histoire en bref :

Tout est calme en Arles écrasée de soleil, sauf peut-être les arènes où l’on s’apprête à jouer le Jules César de Shakespeare. Mais ce calme apparent se fracasse lorsque la police reçoit une lettre anonyme lui annonçant le décès prochain de l’un des acteurs de la pièce. Malgré les précautions prises l’acteur principal est poignardé au moment de son triomphe, sous les regards de plusieurs milliers de spectateurs qui ne se rendent compte de rien. Commence alors pour la police une véritable course contre la montre alors que le spectacle continue et que les victimes ne cessent de tomber…

L’avis d’Eumène :

Une enquête policière à l’ancienne que l’on attendait pas forcément de la part de Barjavel. Polar de bonne facture publié en 1985, il entraîne le lecteur dans son univers théâtral, avec un vrai sens de la mise en scène comme en témoigne le dénouement dramatique. Dernier roman de l’auteur publié avant son décès, il amène à se demander ce qu’il aurait pu donner aux lecteurs s’il avait poursuivi dans cette veine. La principale force du récit réside dans ses personnages, qui oscillent sans cesse entre leur rôle sur scène et leur identité propre : on sait depuis Simenon qu’un bon polar n’est rien sans ses personnages, et l’auteur nous a ici gâtés.

Note finale :

8/10

Ils en parlent aussi :

Empire SF

Bazar de la littérature

Bazar de la littérature

Année 2014 écoulée, PAL largement épuisée

Bonjour à toutes celles et ceux qui s’aventurent encore sur ces pages. L’année 2014 s’achève, il est donc temps de faire le bilan de la PAL. Cette année a été un peu particulière, en raison notamment de nombreuses relectures et de pas mal de lectures non répertoriées sur ces pages, sans parler du très (trop) faible nombre de billets publiés sur cette page.

Avec plusieurs beaux voyages (Italie à deux reprises, France, Israël, Jordanie, Hollande, Espagne,…) j’ai du me serrer la ceinture côté acquisitions,  surtout que j’ai du acheter pas mal de livres pour « l’autre bibliothèque », notamment des études consacrées à l’oeuvre d’Anne Rice, sur laquelle j’ai rédigé une communication pour un colloque fin octobre. D’ailleurs 2015 risque bien d’être similaire, avec déjà trois livres arrivés aujourd’hui en prélude à un article que j’entends rédiger d’ici fin février sur le thème de l’uchronie.

2014 m’aura aussi vu écrire beaucoup, notamment deux nouvelles destinées à aider un jeune garçon de mon entourage victime à la fin de l’été d’un viol par des camarades de camp de vacance. Vous pouvez d’ailleurs trouver une version de travail de ces textes (et d’un troisième, plus ancien, que j’y ai associé dans le livre que j’ai envoyé à cet enfant) sous les liens suivants :

La chute

Thrène de l’innocence

Une mosaïque d’avenirs

Mais revenons-en aux lectures. 61 livres lus, 4 lectures en cours, 24 livres non ouverts, un total de 89 titres sur la PAL à la fin de l’année. Cela représente donc pratiquement 70% des livres de la PAL qui auront été lus, parmi lesquels 42 des 43 romans acquis en 2014, l’exception étant un cadeau de l’auteur Stephen Coonts qui m’avait envoyé une copie de Saucer : The Conquest.

5 livres de 2013 restent à lire, 1 de 2012, mais surtout 17 acquis en 2011 ou même avant : la question commence à se poser de savoir si je les lirais vraiment un jour… Plusieurs de ces titres sont des gros pavés au transport malaisé, ce qui explique que je n’aie pas progressé dans ma lecture, mais d’autres sont au format poche…

Enfin, laissons cela pour 2015, et concentrons nous sur le moment présent en vous souhaitant d’excellentes fêtes de fin d’année !

 

Anne Rice – Prince Lestat

Prince LestatAuteur :

Rice, Anne

Titre :

Prince Lestat

2014, 480 pages

Cycle :

The Vampire Chronicles vol. 11

L’histoire en bref :

Il a dormi plus d’une décennie, son sommeil troublé par une mystérieuse voix. Mais se sont désormais des cris qui le tirent de son sommeil, les cris de douleurs des vampires plus jeunes, qui semblent faire l’objet d’une chasse impitoyable par une créature d’une puissance incommensurable. Alors qu’autour de lui brûle le monde des vampires, Lestat, le vampire rockeur, celui qui a visité les Cieux et les Enfers, qui a quitté son corps pour mieux le retrouver, celui qui a traversé les siècles tout en connaissant une crise existentielle sans fin, Lestat donc fuit ses responsabilités. Ses vieux amis l’implorent de chercher la cause du mal qui décime leur race, des vampires plus anciens encore sortent de leur long sommeil ou de leur long isolement pour se mettre à sa recherche afin qu’il devienne leur leader. En les rencontrant c’est une nouvelle vision de l’origine de leur espèce qui se présente à Lestat, et des choix qui vont s’imposer à lui pour l’éternité…

L’avis d’Eumène :

Plus de 10 ans que l’on attendait le retour des vrais vampires, ceux qui ne scintillent pas au soleil ou qui n’ont pas des relations sexuelles toutes les cinq pages. Lestat, Louis, Marius, Pandora, et tous les autres sont réunis dans ce récit qui introduit également une série de nouveaux personnages, certains entraperçus dans de précédents récits, d’autres surgis du passé de la race. Une mosaïque de points de vue, un récit qui se veut nerveux, passant de personnage en personnage, jouant sur les perspectives. Avec un univers d’une richesse prodigieuse, et une écriture qui a progressé ces dernières années pour retrouver son niveau d’antan, les fans pouvaient s’attendre à un grand roman.

Mais la magie n’opère pas, et c’est, disons le tout de suite, frustré que l’on sors de ce récit. Bien sur le fait que j’aie relu au cours des derniers mois l’intégralité des Chroniques des Vampires (et plusieurs autres romans de l’auteur) afin de préparer une communication scientifique à leur propos fait que j’avais peut-être des attentes disproportionnées, mais ce sont bien les défauts du livre qui me conduisent à porter ce jugement sévère. L’intrigue, si elle commence bien, s’avère très vite prévisible. Cela ne serait pas un tort si l’emballage était du niveau de ce qu’Anne Rice a pu produire de meilleur, cependant ce n’est pas le cas. Trop de personnages traités trop rapidement, trop de vies qui mériteraient un roman à part entière rapidement décrites en quelques pages qui n’offrent pas la sensation confortable d’un vêtement de riche velours qu’offrait si souvent l’écriture d’Anne Rice. Pas non plus de sensations nombreuses et prenantes comme dans son dernier récit de loup-garous, pas de chaleur hors de ces pages. Que n’en apprend-t-on pas plus sur cette résidence de Cappadoce et son mystérieux coven de femmes, ou sur ces voix venues des Alpes.

Tout semble défloré trop rapidement, à l’instar du mystère des origines du Talamasca, ou de l’identité de la Voix. Et trop de place semble prise par des intrigues secondaires, ainsi que par des passages gratuits destinés à une partie du lectorat de l’auteur mais que le récit ne justifie pas, comme ces évocations sexuelles qui prennent la place de la sensualité que l’on pouvait trouver dans les livres plus anciens. Et puis viens la sensation que tout a été écrit trop vite, presque bâclé, avec une foule d’idées qui se succèdent et font le pont entre différents romans de Rice, y compris en dehors des Chroniques telles que les références aux castrati de « Cry to Heaven » ou à la condition des Esprits dont certains rappellent ceux rencontrés dans Violin ou, bien sur, Servant of the Bones.

Peut-être une part de la déception vient-elle du fait que nombre des éléments du livre peuvent être directement reliés à des discussions de l’auteur sur sa page Facebook,  et que le lecteur habitué de ces lieux peut donc avoir l’impression de ne rien lire de neuf. Mais dans tous les cas, et même si le livre n’est pas mauvais, il n’en reste pas moins un sentiment de tristesse lié à un goût de trop peu. Mais ainsi va la vie…

Note finale :

7/10

Ils en parlent aussi :

Un petit test pour réveiller cette page assoupie

C’est une fois encore une de mes lectures régulières, le RSF blog, qui me donne l’inspiration pour un petit article venu réveiller une page pas abandonnée (les listings de la bibliothèque ayant été régulièrement mis à jour) mais à tout le moins assoupi… Voici donc un petit questionnaire pour déterminer si je suis un lecteur éclectique… N’hésitez pas à m’imiter et à faire le test chez vous !

Voici le principe :

30 nouvelles questions qui détermineront si vous êtes ou non un lecteur éclectique ! Attention, pour ce test, chaque réponse doit être différente ! Le même livre ne peut pas correspondre à deux questions.

Possédez-vous dans votre bibliothèque :

1) un roman de fantasy : Parce qu’il faut n’en citer qu’un, je mentionnerai « The Lies of Locke Lamora » de Scott Lynch

2) un roman contemporain : « Des fleurs pour Algernon » s’impose à mon esprit, même si le roman de Daniel Keyes commence à dater vu sa première publication en anglais remontant à 1959

3) un roman considéré comme un classique de la littérature française : « Les mémoires d’Hadrien » de Marguerite Yourcenar me semble mériter le titre

4) un roman considéré comme un classique de la littérature britannique : J’aurais pu citer « Le Seigneur des Anneaux » de Tolkien, mais je privilégierais « L’île au trésor » de Robert Louis Stevenson

5) un roman considéré comme un classique de la littérature américaine : « Augustus » de John Williams sera ici ma sélection, même si j’avais aussi songé à un Anne Rice (obsession liée à mes recherches actuelle oblige, je suppose…)

6) une romance : « The Fall of Atlantis » de Marion Zimmer Bradley me semble bien convenir à ce description, parmi tant d’autres

7) un roman de bit-lit : Oui, j’ai aussi cela en bibliothèque, par exemple « Claimed by Shadow » de Karen Chance (et en plus il repose sur la même étagère que les Chroniques des Vampires d’Anne Rice, pauvre de moi !)

8) un roman de science fiction : « Riverworld » de José Philip Farmer, pour sortir des Asimov ou Herbert que nombre de lecteurs semblent citer

9) une dystopie : « Empire » de Orson Scott Card me semble bien rentrer dans cette catégorie…

10) une uchronie : Alors là j’ai l’embarra du choix, surtout après la conférence que je viens de donner sur le sujet, mais je nominerais « 1632 » de Eric Flint, pierre fondatrice d’une longue série

11) un roman steampunk : « Boneshaker » de Cherie Priest, avec son univers riche et innovant

12) un roman fantastique : « Malpertuis » de Jean Ray, ne serait-ce que pour le cocorico nationaliste, mais surtout parce que c’est un très beau roman

13) un roman de chick-lit : non, faut pas pousser, j’ai beaucoup de choses dans ma bibliothèque mais quand même pas cela. Laissez moi un peu de dignité, après tout j’ai déjà de la Bit-Lit…

14) un roman d’horreur : Je n’ai plus lu beaucoup d’horreur depuis ma tendre adolescence, et la majeure partie de ma bibliothèque de cette époque fut mise en vente forcée par ma mère, mais je pense que j’ai encore « Les Tommyknockers » de Stephen King

15) un roman young adult : Je ne suis pas certain de la définition de ce sous-genre, mais je suppose que mes romans de Robin Hobb ou la trilogie « Hunger Games » rentrent dans cette catégorie, et tous sont sur mes rayonnages…

16) un roman pour enfant : « La nuit des enfants rois » de Bernard Lenteric, une oeuvre importante dans mon parcours personnel, allez savoir pourquoi

17) un conte : On lui refusera peut-être le statut de conte, mais j’y classe sans hésiter « The Hobbit » de Tolkien

18) de la poésie :  Petite hésitation ici entre les recueils « La couronne et la lyre » de Yourcenar et « En attendant les barbares » de Constantin Cavafy (traduit en français par Yourcenar), dans tous les cas quelques vers ornent mes étagères

19) du théâtre : Soyons une nouvelle fois chauvin, et choisissons ici le « Escorial » de Michel de Ghelderode, datant de 1927 mais n’ayant pas pris une ride

20) un roman publié au XVIIIe siècle : Daniel Defoe et son « Robinson Crusoë » seront ici notre choix

21) un roman publié cette année : Ce n’est pas très bon, mais c’est frais sortis de l’impression : « Mentats of Dune » du fils Herbert et de son complice Anderson

22) un livre écrit pendant l’antiquité : Là aussi j’ai le choix, mais plutôt qu’un sérieux historien comme Thucydide ou un philosophe comme l’Empereur Marc-Aurèle, je nommerais « Les Perses » d’Eschyle, perle intemporelle

23) un roman épistolaire : C’est Gore Vidal et sa biographie de Julien l’Apostat, « Julian« , que je choisirais pour cette catégorie

24) un thriller ou policier : Bon, le polar est quand même une spécialité du plat pays, qu’il s’agisse de Simenon ou de Pieter Aspe et son inspecteur Van In, rencontré notamment dans « Chaos sur Bruges »

25) un livre de non fiction : Ici aussi le choix est vaste, mais je vais opter ici pour « Le trésor des savoirs oubliés » de Jacqueline de Romilly, magnifique trésor de sagesse

26) une biographie ou autobiographie : Bon, on va dire que je souhaites vraiment mettre en avant cet auteur, mais c’est encore madame de Romilly qui me fournit le titre pour cette catégorie avec son superbe « Alcibiade ou les dangers de l’ambition »

27) une nouvelle ou un recueil de nouvelles : Mon édition en cuir noir marquée de lettres dorées du Necronomicon, recueil de nouvelles de Lovecraft, mérite bien d’être mentionné ici…

28) une BD ou un manga ou un comics : Je vais opter pour la série « Servitude »  écrite par Fabrice David, dessinée et mise en couleur par Éric Bourgier, appréciée par votre serviteur…

29) un roman très populaire : « A la poursuite d’Octobre Rouge« , de Tom Clancy, un des premiers romans pour adulte qu’il m’ait été donné de lire

30) un roman quasi inconnu (pas assez connu) :  « Daemon » de Daniel Suarez. Si vous ne l’avez pas encore lu… courrez vous le procurer !

Ce que nous disent les résultats :
De 0 à 5 points : A la vue de votre bibliothèque, on peut facilement repérer votre genre de livres préféré. De là à dire que vous n’aimez rien d’autre ? Pas sûr !

De 6 à 15 : Vous avez de la diversité sur vos étagères, mais ne nous mentons pas, vous avez aussi vos petites préférences !

De 16 à 25 : Vous êtes un touche à tout, vous aimez varier les plaisirs niveau lecture, ce qui se reflète parfaitement dans votre bibliothèque.

De 26 à 30 : Vous êtes soit une librairie, soit une bibliothèque, soit un lecteur avec des goûts très éclectiques, prêt à tout lire ! Félicitations !

Je suis effroyable… lectures et achats s’accumulent, mais la PAL ne diminue pas !

Bon, je dois bien le dire, je suis effroyable. J’achète de manière compulsive, je lis de manière boulimique, et pourtant je sais bien que je n’ai plus de place dans mes rayons ! Enfin, que voulez vous, on ne me changera sans doute plus à mon âge…

Plus sérieusement, regardons un peu les chiffres. En juin dernier je notais que j’avais 58 livres dans ma PAL, et que j’avais acheté 16 livres depuis le début de l’année. Les livres lus, eux, étaient au nombre de 19, dont 8 reliquat d’achats anciens. Aujourd’hui les chiffres sont beaucoup, beaucoup plus élevés ! Ce sont en effet 120 livres qui forment ma PAL 2013, dont un peu plus de la moitié sont lus : 67 livres au total ont été parcourus de page en page, et rangés dans la bibliothèque. C’est plus que les 65 ouvrages dévorés en 2012, et il me reste encore plus d’un mois avant la fin de l’année… Par contre cela veut aussi dire que 53 livres restent à lire, 11 de plus qu’à la fin de l’année 2012 : ce n’est pas comme cela que ma PAL va se réduire !

En pratique, mes lectures de 2013 se répartissent comme suit :

Lu Non Lu Total général
Aventure 2 2
2013 2 2
Classique 8 8
2011 4 4
2013 4 4
Espionnage 2 2
2011 1 1
2013 1 1
Fantastique 3 1 4
2011 1 1
2012 1 1
2013 2 2
Fantasy 12 17 29
2011 1 6 7
2012 7 1 8
2013 4 10 14
Historique 8 4 12
2011 2 2
2012 1 1
2013 7 2 9
Polars 1 1 2
2012 1 1
2013 1 1
Science Fiction 15 14 29
2011 7 7
2012 2 3 5
2013 13 4 17
Techno-thriller 15 2 17
2012 1 1
2013 15 1 16
Uchronie et Steampunk 11 4 15
2011 2 2
2012 1 1
2013 10 2 12
Total général 67 53 120

 

On note évidemment la place prépondérante des techno-thrillers, liée à un article que je rédige à leur sujet (déjà 20 pages écrites…) et de la S-F, liée à quelques séries à l’instar de « The Lost Fleet » de Jack Campbell. La Fantasy se porte elle aussi fort bien, merci pour elle, de même que les jeux temporels. Par contre avec seulement 12 fiches de lecture, c’est le blog qui souffre, mea maxima culpa ! Je vais essayer de rattraper un peu de ce retard au cours des semaines qu’il me reste d’ici à la fin de l’année !

D’ici là, bonne lecture à tous !