David K. Nouvel (ed.) et all. – Fragments d’une Fantasy antique

Auteur :

David. K. Nouvel (editeur)

Titre :

Fragments d’une Fantasy antique

2012, 237 pages

Cycle :

/

L’histoire en bref :

Un recueil de huit nouvelles :

 

Fabien Clavel : Sur un fragment perdu du Satyricon

Une découverte archéologique révèle un fragment d’un texte fameux de l’Antiquité et nous présente les aventures d’un jeune homme poursuivi par la malédiction de Priape. Mais rien ne saurais triompher de la lubricité !

Jeanne-A Debats : Le miroir d’Electre

Tomber amoureux du gardien de la comptabilité du destin, cela vous déstabilise une jeune fille déjà pas très organisée dans sa tête. Mais quand en plus sa famille rejoue le script des Atrides…

Romain Aspe : Le Labyrinthe

Est-on bien sur de mesurer le génie de Dédale ? Et les motivations d’Icare, était-ce bien simplement de l’orgueil ? Que cache réellement le secret du labyrinthe ? Au pied de l’Olympe, les mortels s’agitent autour de questions bien compliquées…

Rachel Tanner : Le Sphinx

On connait tous la fameuse énigme. Mais on sait aussi que la banque ne perd jamais…

Lionel Davoust : Faisabilité et intérêt zootechniques de la métamorphose de masse

Les plus grands projets de recherche nécessitent parfois un temps incommensurable, mais les expérimentations scientifiques d’hier et d’aujourd’hui donnent toujours naissance au même résultat : un long rapport circonstancié aux multiples références, au jargon dense et parfois bien plaisant !

Nicolas Delong : Les Dieux veulent, les Dieux prennent

De tout temps les hommes ont, pour toutes sortes de raisons, cherché à affronter les dieux. C’est ici le récit de l’un de ces combats qu’il nous est donné de découvrir, dans une ambiance digne d’une peinture de Goya.

Sylvie Miller et Philippe Ward : Voir Pompéi et mourir 

Prenez un détective à la Nestor Burma, ajoutez y un décors pompéien, des dieux bien classiques et une enquête à la croisée des cultures : c’est ce que vous obtiendrez avec cette nouvelle

Nathalie Dau : A couteau

Les statues de Marsyas écorché ornent tous les grands musées, mais savez vous d’où viens ce récit ?

L’avis d’Eumène :

Vous vous souvenez peut-être que j’avais participé à un challenge antiquité et SFFF, prologue à un colloque consacré à ce thème auquel j’assistais il y a quelques mois. A cette occasion je fis l’acquisition d’un recueil de nouvelles écrites pour le colloque par plusieurs auteurs français et vendu en avant première. Désormais en vente, je publie ce billet gardé au chaud depuis plusieurs mois déjà afin de vous encourager à en faire l’acquisition. Si toutes les nouvelles ne relèvent pas forcément du champ de la SFFF, elles ont toutes un lien bien visible avec l’Antiquité, une première bonne raison de les découvrir. Mais en plus la plupart sont fort plaisantes à lire, et ce sentiment est encore renforcé par le choix d’un papier plus épais que de coutume et d’une encre brune qui change du traditionnel noir d’impression.

Certes le prix de l’ensemble est un peu élevé, mais au moins on ne regrettera rien, au contraire, car le plaisir est bel et bien présent.

Note finale :

9/10

Challenge

Challenge antiquité et SFFF

Paul Hoffman – The Last Four Things

Auteur :

Paul Hoffman

Titre :

The Last Four Things

Cycle :

Le cycle de Thomas Cale (vol. 2)

L’histoire en bref :

Thomas Cale est un adolescent victime des pires sévices, infligés depuis sa plus tendre enfance par un ordre monastique masochiste dirigé par un chef millénariste qui croit que l’enfant est la colère du Seigneur faite chaire pour amener le monde à sa fin. Enfin parvenu à s’échapper, Thomas n’a fait qu’entraîner la défaite de la nation qui l’a accueilli. Trahi par celle grâce à qui il a découvert l’amour, il est retombé entre les mains de ses bourreaux.

Mais son statut à changé : il n’est plus un simple novice mais une machine à tuer dont les plans suivis à la lettre ont donné à ses maîtres une victoire inespérée sur leurs ennemis. Mis à la tête d’une armée, il défait adversaire après adversaire. Ses soldats, choisis avec soin par son maître, ont été éliminés suite à une erreur administrative ? Qu’à cela ne tienne, il recrutera un nouveau cadre au sein des condamnés à mort pour hérésie. Il doit affronter un ennemi insaisissable ? Une armée invincible des meilleurs guerriers du monde ? Pas de soucis, il est la cinquième des dernières choses qui resteront à la fin du monde…

L’avis d’Eumène :

J’avais à l’issue du premier volume de cette série un avis globalement positif mais avec quelques réserves. Ce roman vient y répondre sombrement. Car l’auteur a cette fois réussi à donner une ambiance vraiment malsaine à cet univers qui mélange allègrement Antiquité et Moyen-Âge en puisant aux meilleures sources pour créer ce culte morbide des Rédempteurs ou cette culture caricaturale inspirée de Sparte que va rencontrer le héros.

Le récit parallèle des aventures d’un des anciens compagnons de Cale est en revanche un peu surprenant, on ne comprend pas vraiment ce qu’il vient faire dans ce récit si ce n’est sans doute fournir un fil que l’on retrouvera dans la suite de la série.

L’auteur se déclare inspiré par, notamment, Homère, Schopenhauer et le philosophe catholique contre-révolutionnaire Joseph de Maistre et l’on ressent bien ces influences en divers passages du récit, qui est écrit d’une plume généralement soutenue. On regrettera cependant que bien souvent les peuples qui habitent cet univers ne soient pas mieux décrits, de même que l’on sera déconcerté par la géographie qui, utilisant des noms issus de notre univers, ne permet pas de réellement visualiser cet empire Rédempteur encerclé par des ennemis implacables dont on comprend que Thomas Cale devra, à terme, provoquer la mort.

Bref une lecture pas mauvaise, mais qui à nouveau laisse le lecteur avec des réserves…

Note finale :

7/10

Ils en parlent aussi :

N.B.

Challenge Magie et Sorcellerie
Challenge SFFF et Antiquité

Paul Hoffman – The Left hand of God

Auteur :

Paul Hoffman

Titre :

The Left Hand of God

Cycle :

Le cycle de Thomas Cale (vol. 1)

L’histoire en bref :

Dans un sinistre monastère isolé du reste du monde, des jeunes gens sont battus et formés pour devenir l’élite d’une armée destinée à vaincre une bonne fois pour toute l’hérésie. Parmi les jeunes soumis à ces traitements infâmes, Thomas Cale est sans doute le plus doué mais aussi le plus maltraité.
Mais lorsqu’il découvrira toute l’étendue de la perversité de ses maîtres, il n’aura d’autre choix que de fuir en compagnie de deux de ses compagnons d’infortune et d’une jeune fille sauvée d’une mort horrible.
Cependant le monde extérieur est au moins aussi dangereux que celui de la forteresse et le jeune Cale aura beaucoup à faire pour assurer sa survie tout en découvrant un univers insoupçonné de sentiments et d’émotions…

L’avis d’Eumène :

Très sombre, ce récit tranche aussi avec bien d’autres romans de fantasy par son orientation action, préférée par l’auteur au rythme traditionnellement plus lent de la fantasy. Pourtant, malgré cette vitesse, l’auteur parviens à distiller nombre d’informations sur l’univers dans lequel évoluent Cale et ses compagnons, éléments faisant principalement appel à l’univers médiéval (notamment un quasi copié/collé de la bataille d’Agincourt) même si l’on note des références à l’antiquité (une des armées mentionnées pourrait faire penser à Sparte).
Globalement le récit maintient l’attention du lecteur et l’on en viens presque à se prendre de pitié pour ce jeune homme à la vie si tragique. Pourtant la magie n’opère pas entièrement, et la lecture peut laisser un goût de trop peu qui pourrait être lié à une volonté d’étirer le récit sur plusieurs volumes.
Ceci étant cela reste une bonne lecture de divertissement pour tout qui ne recherche pas tant un univers à la « LOTR » qu’un roman d’action.

Note finale :

8/10

Ils en parlent aussi :

Nuits Argentées

N.B.

Challenge Magie et Sorcellerie
Challenge SFFF et Antiquité

Pierre Pevel – La trilogie de Wielstadt

Auteur :

Pierre Pevel

Titre :

La trilogie de Wielstadt : l’intégrale

(Les ombres de Wielstadt, Les masques de Wielstadt, Le chevalier de Wielstadt)

Cycle :

La trilogie de Wielstadt

L’histoire en bref :

Dans une cité allemande troublée par les tensions politiques et religieuses de l’an 1620 veille un dragon.
Et sous son regard impassible s’animent des hommes, des centaures, des fées ou des satyres, bons ou mauvais, adorateurs de Dieu ou du Démon, luttant pour leurs causes ou leur survie.
L’un de ces hommes est le Chevalier Kantz, exorciste et combattant hors paire, allié des Templiers et de la mystérieuse Dame Rouge.
Face à lui, des hommes et des monstres : goules, démons, sociétés secrêtes et comploteurs en tous genres sont prêts à tout pour triompher.
Mais le Chevalier saura vaincre au cours des trois romans ici rassemblés, aidé dans sa quête par des alliés parfois inatendus.

L’avis d’Eumène :

On me parlait depuis longtemps de cette série, la sortie en 2011 d’un volume unique reprenant la trilogie fut donc l’occasion pour moi de la découvrir.
Une découverte agréable, melant intelligement esprit dumasien et monstres surnaturels, le tout dans un esprit qui le rend accessible aux lecteurs plus jeunes tout en ne décevant pas les aînés.
Les allusions au monde extérieur et les éléments uchroniques sont également une bonne trouvaille et donnent de la profondeur au récit.
Ceci étant, le lecteur plus adulte préferera sans doute la lecture d’un roman comme le somptueux « Gagner la Guerre » de Jaworski.
On pourrait regretter que la lecture en suivi des trois texte mette trop en lumière certaines reprises, rendent lourdes par la répétition certaines expressions, mais il serait injuste d’en tenir rigueur à l’auteur.
Après tout ces trois ouvrages ont été publiés avec un certain délais entre eux qui fait que ces éléments étaient si pas nécessaires, du moins pertinents.
Au final une agréable lecture qui saura ravir grands et petits !

Note finale :

8/10

Ils en parlent aussi :

Elbakin

Miss Mopi

L’étrange bibliothèque de Calewen

ActuSF

Mort Sure

L’autre côté du miroir

Les livres de ma vie

N.B.

Challenge Magie et Sorcellerie
Challenge SFFF et Antiquité

Paul Kearney – 10 000 Au coeur de l’Empire

Auteur :

Paul Kearney

Titre :

10 000 Au coeur de l’Empire

2010, 495 pages

Cycle :

Les Machts (vol. 1)

L’histoire en bref :

Dans les montagnes du Harukush vivent une peuplade guerrière appelée du nom de Macht. Pour les peuples voisins, leurs exploits militaires sont légendaires. Pour eux, l’horreur de la guerre est le quotidien. De toutes leurs villes celle d’Isca est la plus renommée pour ses guerriers, et la plus crainte pour ses ambitions belliqueuses.

Dans l’Empire Asurian situé par delà les mers, un prince veut détrônner son frère. Pour ce faire il a décidé de recruter une armée de ces Machts, plus de dix mille d’entre eux, qu’il entraînera au coeur de l’Empire de son frère et avec lesquels il écrasera les armées de ce dernier.

Mais même les plans les mieux établis peuvent connaître des failles…

L’avis d’Eumène :

Le spécialiste de l’Antiquité que je suis ne pouvait que reconnaître l’Anabase de Xénophon derrière le pitch de ce roman et c’est avec une certaine crainte que je l’avais acquis. En effet si il me semblait tout à fait adapté au challenge SFFF et Antiquité, il me semblait également pouvoir être une belle déception.
Au terme de ma lecture je constate que ce sentiment était en partie justifié mais que certains éléments contribuent cependant à relever le niveau de ce récit qui se présente comme réaliste, sans magie, mais dans un univers où cohabitent plusieurs races dont les principales sont les humains Machts et les Khufr dont la description m’a fait initialement songé à Jar Jar Bins dans les Star Wars nouvelle génération et aux portraits d’Akhenathon l’hérétique…

Le texte se focalise sur quelques personnages, leur description s’approfondissant au fur et à mesure du récit (du moins pour ceux qui survivent…), tandis qu’ils sont recrutés, qu’ils s’entraînent, parcourent le long chemin qui les sépare du coeur de l’Empire et celui qui les ramènera chez eux.

Version simplifiée de Xénophon, version « 300isée » aussi, avec des portraits extrêmement graphiques et stéréotypés, des descriptions de bataille assez spectaculaires, et un constant balancement entre les héroïques Machts, même ceux ne combattant pas dans les rangs des 10 000, et les Khufr décadents, traîtres, mous, cruels, esclavagistes,…

Bref les mêmes stéréotypes que dans 300 en fait, mais peut-être un peu moins exacerbés. Et puis ici figurent également des « bons » Khufr…

L’inspiration grecque est omniprésente, et nombre de noms sont clairement dérivés de cette langue. Néanmoins d’autres sont empruntés à d’autres cultures (« centurion ») ou même inventés de toute pièce.

Je présume que l’aspect « recherche de l’origine de l’inspiration » aura été un des éléments qui m’ont fait apprécier ce récit, tout en me perturbant également assez souvent dans la lecture (avec des réflexions telles que « centurions dans un univers grec ? Mais que diantre… ? »).

Néanmoins au final je garde une impression suffisamment positive que pour me procurer la suite si l’occasion s’en présente.

Note finale :

7/10

Challenge

Challenge SFFF et Antiquité

Ils en parlent aussi

Atemporel.com

Critic Blog

Fantastinet

Paperblog

Glowmoonlight

Elbakin

Psychovision

L’auteur en parle

Interview de l’auteur

Encore des achats compulsifs… et un autre challenge !

Bon, d’accord, je ne suis pas sage… Mais cela vous le saviez déjà. Tout de même, succomber une nouvelle fois à la tentation d’un 3+1 gratuit à la FNAC même pas quinze jours après les derniers excès…
J’avais une excuses pourrais-je dire… Devant patienter une heure et demi avant de passer entre les mains expertes d’un artisan barbier-coiffeur, je ne pouvais que me rendre dans un commerce proche pour y acheter une lecture…
Au final ? Cinq livres en français, ce qui me change de toutes mes lectures anglo-saxonnes…
Figurent donc désormais dans ma liste le déchronologue de Stéphane Beauverger, le trône de fer de George R.R. Martin, les pommes d’or du soleil de Ray Bradbury, le faiseur d’histoire de Stephen Fry et, déjà lu, le patrouilleur du temps de Poul Anderson.
Et puis j’ai également eu le plaisir toujours immense de me rendre à Paris où un ami bien intentionné m’offrit un cadeau d’anniversaire en (léger -juste trois mois- 😉 ) retard, en l’occurrence le volume de la collection Pleiade consacré aux auteurs pré-socratiques… De quoi m’occuper quelques (dizaines…) de soirées !

Je vous signale aussi un évènement qui ne pouvait qu’attirer mon regard, le challenge organisé par les Plumes Asthmatiques intitulé « Antiquité SFFF« . Vous connaissez assez ce blog que pour comprendre qu’un tel thème n’ait pu me laisser de marbre et c’est immédiatement que j’ai décidé de m’inscrire et de suivre les instructions données :

1. Postez un article sur votre blog, en y insérant un lien vers cet article. Vous y indiquerez si possible votre rythme et peut-être même le titre des livres que vous aimeriez lire chaque mois.
2. Vous pouvez ajouter le logo du défi à votre blog.
3. Envoyez-nous un lien (cliquez ici) ou commentez cette page en insérant le lien vers votre article, nous nous chargerons de l’insérer dans ce post.
4. Une fois que vous avez posté la chronique du livre, mettez le lien dans cet article. (Si vous passez par les Plumes ou choisissez de publier sur Babelio, envoyez-vous le lien par courriel ou commenter cette page ; nous nous chargerons d’indiquer votre chronique dans un post dédié à ce but).
5. Nous ajouterons ici un lien vers l’article sur le premier trimestre du défi.
Et le plus important de tout : Amusez-vous! Lisez! Ecrivez! Prenez plaisir!

J’avoue ne pas avoir encore défini un rythme bien spécifique ou une liste particulière de romans, mais il est dors et déjà certain qu’y figureront du Herbert, du Simmons, du Lovecraft, du Howard, du Erikson, peut-être du Anne Rice, et l’une ou l’autre perle inspirée du mythe de l’Atlantide ainsi qu’un peu du cycle du fleuve de Farmer. Plusieurs de ces titres devraient en outre pouvoir également se marier à d’autres challenges, donc cela ne devrait pas trop perturber mon planning…