Brian Herbert et Kevin J. Anderson – Hellhole

Auteur :
Brian Herbert et Kevin J. Anderson

Titre :
Hellhole
2010, 523 pages

Cycle :

Hellhole (vol. 1)

L’histoire en bref :
Hellhole. Une planète endommagée, hostile, une parfaite colonie pénale.
Officiellement elle est un monde comme les autres parmi la cinquantaine de planètes de la zone extérieure, mais tout le monde le sait : elle est la prison du général rebelle Adolphus, le traître qui s’est soulevé contre le Diadème et a perdu lors de la dernière bataille de la guerre.
Tout le monde croit aussi que le général s’est résolu à son sort et qu’il ne fait que survivre avec ceux de ses co-conspirateurs qui ont décidé de le suivre et les quelques citoyens libres qui ont décidé de gagner cette planète de la dernière chance.
Mais les apparences peuvent être trompeuses et il peut être dangereux de chercher à réveiller l’eau qui dort…

L’avis d’Eumène :
Une bonne saga de space-opéra, de multiples sous-scénarios, des technologies étranges, des aliens mystérieux à souhait, des secrets en quantité… On le comprend bien, ce volume n’est que le premier de ce qui sera une série et effectivement une recherche online permet de trouver des mentions d’une triologie.
En partant d’un monde neuf, sans lien avec l’univers de Dune, les auteurs peuvent montrer l’étendue de leur créativité sans être critiqués par les fans du père de Brian et être évalués pour leur propre mérites.
Et je dois dire que le résultat me semble des plus honorables, sans doute un peu moins complexe que la septalogie de la saga des sept soleils du seul K.J. Anderson.
En bref, une chouette lecture qui fournit ce qu’elle promet. C’est déja mieux que beaucoup d’autres livres, non ?

Note finale :

08/10

Ils en parlent aussi :

N.B. :

Challenge Summer Star Wars

Douglas Adams – H2G2,I : Le guide du voyageur galactique

Auteur :

Douglas Adams

Titre :

H2G2,I : Le guide du voyageur galactique

Cycle :

Le guide du voyageur galactique

L’histoire en bref :

Arthur Dent est un looser, mais un looser chanceux. Car, contrairement à bien d’autres personnes, il a un ami extra-terrestre, ce qui est bien pratique lorsque la planète est sur le point de disparaître…
Sauf que cette destruction malhencontreuse de la terre interrompt un important projet scientifique commencé près de dix millions d’années plus tôt.
Alors, que faire pour éviter de perdre tout le travail accumulé par le super-ordinateur connu sous le nom de « Terre » ?

L’avis d’Eumène :

Je me suis laissé plonger dans une douce folie en ouvrant ce livre qu’une charmante demoiselle m’avait laissé à l’occasion de son passage à Bruxelles il y a plus d’un an (déjà !).
Douce folie donc, mais pas à mon goût (car l’absurdie ne m’a jamais vraiment tenté). Néanmoins cela reste fort agréable pour une lecture sans efforts dans le fond de son divan…

Note finale :

07/10

Ils en parlent aussi :

Cafard Cosmique
En lisant en voyageant
Lunazione

N.B. :

Challenge Summer Star Wars

Arthur C. Clarke – Les enfants d’Icare

Auteur :

Arthur C. Clarke

Titre :

Les enfants d’Icare (V.O. : Childhood’s end)

1969, 213 pages

Cycle :

Axis of Time (vol.3)

L’histoire en bref :

Ils sont apparus un jour. Sans rien dire, sans rien faire d’autre, ils ont mis leurs engins en position au dessus des plus grandes villes de l’humanité et ont attendu. Puis ils se sont exprimés, et ce jour là la Terre a perdu son indépendance. L’ère des suzerains venait de débuter, et elle s’acheverait à la fin des temps.

Bien sur les hommes n’avaient pas été tous d’accord, mais ils avaient fini par s’accommoder de cette présence impressionnante mais finalement assez bienveillante. Des contestataires et des curieux essayèrent bien d’en savoir plus sur leurs maîtres, mais très peu obtinrent des informations que ces derniers n’aient pas révélé d’eux même…

Sur terre principalement, mais aussi dans l’espace pour certains, des hommes vont voir leur destin radicalement changé par les Suzerains et certains auront même le privilège de découvrir la vraie nature de leur mission sur Terre…

L’avis d’Eumène :

J’avais décidé de commencer ce challenge spatial par un grand auteur qui nous a quitté il y a quelques années déjà, un homme de génie qui figure parmi les plus grands esprits du défunt vingtième siècle. Des années 30 au début des années 2000 il a rédigé des dizaines de récits de taille variable, retravaillant parfois certains textes pour les compléter.

Ayant envie de débuter mes lectures par un ouvrage de qualité, j’avais choisi l’édition la plus précieuse de l’auteur que je possède, un Opta à la magnifique couverture rouge frappée d’une comète argentée, plusieurs pages étant par ailleurs ornées de dessins illustrant divers passages des deux romans de ce volume.

C’est du premier de ces deux textes qu’il est ici question, « Les enfants d’Icare », un texte qui a un peu vieilli et qui n’est pas l’un des plus visionnaires de l’auteur mais qui reste des plus plaisant et m’aura fournit une introduction en douceur aux univers spatiaux de cet été, que je continue à parcourir avec le volume de « collected short novels » de l’auteur, au nombre desquelles figure « Guardian Angel », prototype de la première partie de « Childhood’s end » rédigé en 1946.

Au final donc une agréable lecture qui ouvre la route des étoiles !

Note finale :

08/10

N.B. :

Challenge Summer Star Wars

Quelques opinions trouvées sur le web :

/