Charles Stross – Halting State

Auteur :

Stross, Charles

Titre :

Halting State

Cycle :

/

L’histoire en bref :

Le crime, en cette fin de la seconde décade du vingt-et-unième siècle, a bien évolué. Heureusement la police aussi et le sergent Sue Smith sais usuellement quoi faire face aux voyous de toutes natures qu’affichent ses lunettes de réalité augmentée. Mais quand on l’appelle pour investiguer sur le cambriolage d’une banque par une armée d’orcs appuyés par un dragon, elle ne peut s’empêcher de se dire que c’est une bien drôle d’affaire qui commence. Qu’est-ce qu’un vol dans un MMORPG peut avoir à faire avec la police écossaise ?

Très vite pourtant elle va se rendre compte que les choses sont bien plus compliquées qu’elle ne le craignait et que des créatures de fantasy ne sont qu’un problème mineur à côté des requins de la finance, des armoires à glace d’Europol et des espions 2.0… Surtout, elle ne s’attendait pas à ce qu’un combat dans les rues d’Edimbourg, capitale de la plus jeune nation européenne, puisse avoir une importance capitale pour le futur de toute l’union. Cependant des alliés inattendus sont aussi prêts à la rejoindre, épée au poing, dans sa quête pour la justice et la vérité !

L’avis d’Eumène :

J’aime beaucoup les romans de Charles Stross en général, en particulier sa série de la Laverie, mais ce roman est un cran au dessus. Cyberpunk, philosophique, hilarant et simplement génial sont les mots qui me viennent à l’esprit pour caractériser ce roman qui se lit d’une traite (cela tombe bien, j’avais beaucoup d’heures de train pour revenir d’un petit week-end en Lorraine). Bien sur mon côté geek est ravi par bien des aspects du récit, mon côté amateur de technothrillers aussi, mais mon amour des bons mots et d’une littérature sachant sortir des canons aussi. Alors il est évident que le niveau d’anglais requis pour le comprendre est plus élevé que la moyenne, en raison notamment de la translittération de l’argot et de la prononciation écossaise. Mais cela participe au charme de l’oeuvre et à l’insertion dans ce monde si proche et si lointain à la fois.

Dans tous les cas une lecture à ne pas manquer !

Note finale :

10/10

Ils en parlent aussi :

Charles Stross – The Fuller Memorandum

The Fuller MemorandumAuteur :

Stross, Charles

Titre :

The Fuller Memorandum

2010, 352 pages

Cycle :

The Laudry files (vol. 3)

L’histoire en bref :

Bob Howard, l’informaticien en chef des services secrets britanniques de lutte contre les menaces occultes, n’est pas encore remis de ses dernières émotions que déjà de nouvelles menaces le forcent à retourner sur le terrain.
Les Russes ont déployé d’importants efforts pour atteindre de mystérieux objectifs, mais sans que personne ne sache lesquels. Dans le même temps, le mystérieux Angleton, patron de Bob, lui a confié soupçonner l’existence d’un traître au sein de l’organisation.
Mais ce n’est pas là le seul problème de Bob : sa compagne semble avoir été particulièrement éprouvée par une mission de nettoyage à Amsterdam et lui-même à succombé à un charme de niveau 3 et s’est acheté un I-gadget téléphonique que ses amis des services techniques se sont amusés à optimiser…
Alors qu’il essaye de résoudre ses différents problèmes, Bob va devoir affronter de nombreuses menaces et faire appel à des talents insoupçonnés, quitte à faire appel à l’aide d’une armée de zombies. Ce qui, en plein coeur de Londres, peut être quelque peut gênant.

L’avis d’Eumène :

L’univers de la Laverie est un des plus jouissif que l’on puisse lire pour l’instant, avec son héros improbable et ses intrigues abracadabrantesques mélangeant allègrement occultistes fous, dieux démoniaques, informatique détraquée et squelettes réveillés…
Ce troisième opus de la série (lu malheureusement après le quatrième) ne déroge pas à la règle et s’avère à mon sens bien meilleur que le second volume « Jennifer Morgue », même si ont peut parfois s’interroger sur la pertinence de certains passages.
Le voyage dans l’absurdie bureaucratique, un des éléments si délicieux de l’univers de Stross, est aussi bien pensé et amusant pour tous ceux qui ont fait l’expérience de ce genre d’environnement de travail.

Note finale :

8/10

Ils en parlent aussi :

Quarante-Deux

Blog à part

Charles Stross – The Apocalypse Codex

The Apocalypse CodexAuteur :

Stross, Charles

Titre :

The Apocalypse Codex

2012, 386 pages

Cycle :

The Laudry files (vol. 4)

L’histoire en bref :

Bob Howard, agent secret de Sa Majesté, a été rattrapé par la bureaucratie de la « Laverie », le service en charge des menaces démonologiques et d’outre-espace : on l’a promu. Le petit informaticien s’est vu envoyé dans une formation inter-agences afin d’apprendre à coopérer avec les autres départements du service public, alors même qu’il ne connais pas encore tous ceux de sa propre organisation…
Pendant qu’il apprend à jouer au bon bureaucrate, en coulisse, d’autres s’agitent : une promotion, à la Laverie, ce n’est pas quelque chose que l’on attribue sans évaluer la capacité de l’individu à prendre en charge des menaces comme le réveil de Cthulu ou la transformation des caméras de surveillance en système de pétrification à distance… Alors Bob va se voir affecter à une mission en compagnie d’agents très spéciaux et plongé dans le monde des méga-églises américaines.
Car on ne sait jamais, un pasteur fou pourrait confondre une créature inter-galactique avec le Christ et travailler à ouvrir un portail vers notre planète afin d’accélérer l’apocalypse…

L’avis d’Eumène :

C’est avec grand plaisir que j’ai retrouvé l’ami Bob Howard, informaticien démonologiste perdu dans les méandres de la bureaucratie et de l’horreur, déjà croisé dans « Le bureau des atrocités » et « Jennifer Morgue ». Ici la bureaucratie s’efface toutefois au profit d’un épisode plus centré sur Bob et son évolution personnelle dans le cadre d’une aventure plus classique, si tant est que l’on puisse classer comme « classique » le mélange entre squelettes extra-plannaires, mythologie lovecraftienne, nécromantie et James Bond…
On sent que ce récit, nominé pour le prix Locus 2013, quoique bien construit et se suffisant à lui-même, n’en est pas moins une transition vers une nouvelle phase de l’oeuvre de l’auteur, surtout au vu des dernières lignes.
Bref un très bon roman, mais pas un excellent roman, nuance subtile mais qui coute un point à l’évaluation finale.

Note finale :

8/10

Ils en parlent aussi :

Vie de Geek

Charles Stross – La guerre des familles

Auteur :

Charles Stross

Titre :

La guerre des familles

2011, 380 pages

Cycle :

Les princes marchands (vol. 4)

L’histoire en bref :

L’Idiot, prince auquel Myriam devait être marié, est mort. De même que son père. Et sa grand-mère. Et une bonne partie de la cour Royale et de l’élite du clan. Le prince-héritier, surnommé « le pervers », a prit le pouvoir et est bien décidé à mettre fin au pouvoir du Clan des marcheurs d’entre les mondes.

Pendant ce temps, dans notre univers, le gouvernement US est lui aussi bien décidé à écraser le Clan. Enfin, seulement s’il parvient à dénicher l’arme atomique que Matthias, traître du Clan, a armé quelque part dans la ville de Boston.

Myriam, une des rares survivantes de la purge du Pervers, s’est pour sa part réfugiée dans le troisième univers connu, et doit pour survivre accepter de s’engager dans le mouvement révolutionnaire démocrate.

Le Duc d’Angbard, lui, doit faire face sur tous les fronts : chef de la sécurité du Clan, il doit à la fois s’assurer de la survie des siens dans plusieurs univers et préparer le futur. Et ses agents vont faire de grandes découvertes…

L’avis d’Eumène :

Quatrième roman  (après « Une affaire de Famille« , « Un secret de Famille » et « Famille et Cie« ) dans l’univers des Princes-Marchands, on y retrouve plus d’action que dans le troisième tome mais l’on ouvre aussi de nouvelles possibilités. La redistribution des cartes politiques à l’issue du coup d’Etat permet d’éliminer certains aspects du scénario un peu lourds et d’en revenir au coeur du sujet de la série.

Une bonne lecture donc, qui fait attendre avec impatience la traduction des deux derniers volumes anglais de la série !

Note finale :

8/10

Ils en parlent aussi :

– En lisant en voyageant

N.B.

Challenge Steampunk

Charles Stross – Famille & Cie

Auteur :

Charles Stross

Titre :

Famille & Cie

Cycle :

Les princes marchands (vol. 3)

L’histoire en bref :

Rien ne va plus pour le clan des marcheur de mondes, ces marchands qui passent entre des univers parallèles pour y livrer en toute sécurité de précieuses mais peu encombrantes marchandises à l’instar de la drogue ou de messages discrets. Depuis que Myriam, jeune femme éduquée dans le monde « avancé », est retourné dans le monde principal (et médiéval) du clan, elle n’a fait qu’y semer discorde et troubles, entraînant aussi la défection auprès des autorités judiciaires d’un haut responsable de la sécurité des opérations du clan dans le monde « avancé ».

Les grands-mères du clan, marieuses et femmes d’influence, ont décidé d’y remédier avec un mariage qui saura également faire avancer les intérêts de la famille. Mais c’était sans compter sur l’avis de Myriam et du frère du marié…

L’avis d’Eumène :

Et voici un troisième récit  (après « Une affaire de Famille » et « Un secret de Famille« ) dans l’univers si particulier de Myriam Beckstein, cette journaliste économique propulsée au coeur d’une intrigue inter-dimensionnelle… Un récit qui n’a plus le bénéfice de la nouveauté que l’on trouvait dans les deux premiers tomes et dont l’intrigue s’est en outre ralentie, mais un récit qui s’achève dans un feu d’artifice (au sens propre comme au sens figuré) qui ouvre de nouvelles perspectives !

Au final pas un mauvais livre mais rien d’exceptionnel, une série en vitesse de croisière donc.

Note finale :

7/10

Ils en parlent aussi :

– En lisant en voyageant

N.B.

Challenge Steampunk

Charles Stross – Un secret de famille

Auteur :

Charles Stross

Titre :

Un secret de famille

Cycle :

Les princes marchands (vol. 2)

L’histoire en bref :

Ayant découvert son appartenance à une famille de voyageurs entre les mondes, la jeune Miriam cherche à mieux comprendre l’univers violent dans lequel cette révélation l’à plongée.
Et la succession des tentatives d’attentats dont elle est la victime ne rend que plus urgente cette quête de connaissance.
Dans le même temps elle doit aussi mettre sur pied de nouvelles pratiques commerciales, sous peine de voir les revenus de sa famille s’effondrer et, surtout, de voir sa propre survie au sein du clan encore plus menacée.
Heureusement elle dispose de quelques atouts parmis lesquels le charme, le culot et l’intelligence ne sont pas les moindres.

L’avis d’Eumène :

Ce deuxième volume (après « Une affaire de Famille« ) complexifie l’univers de Stross et permets de nouvelles et interressantes considérations sur des thèmes comme l’économie, la connaissance ou l’évolution des sociétés.
Les nombreuses héroïnes du roman, souvent assez différentes les unes des autres, contribuent néanmoins à rendre ce roman différent de ce dont on a l’habitude, ce dont nous ne plaindront pas.
Ceci étant cela reste un roman et des points que l’on aurait pu aimer voir pris en compte ne le sont pas tandis que les aventures de la demoiselle ne sont pas une pièce de la plus haute littérature.
Mais cela reste une lecture agréable que ceux qui ont apprécié le premier volume de la série souhaiteront certainement découvrir.

Note finale :

8/10

Ils en parlent aussi :

Le blog de Khimaira
En lisant en voyageant

N.B.

Challenge Steampunk

Charles Stross – Une affaire de Famille

Auteur :

Charles Stross

Titre :

Une affaire de famille

Cycle :

Les princes marchands (vol. 1)

L’histoire en bref :

Miriam est journaliste économique dans le domaine des biotechnologies.
Dans sa quête de scoop elle pense avoir trouvé le sujet d’un article digne du prix Pullitzer : un blanchiment d’argent à grande échelle semble avoir lieu.
Sauf que, trop pressée de publier, elle n’a pas vérifié si son employeur n’était pas lui-aussi touché dans cette affaire…
Démise de ses fonctions, elle rentre chez elle… Mais le voyage sera plus long qu’elle ne le pensait ! Car notre Terre est-elle bien sa maison ?

L’avis d’Eumène :

Voyage entre les mondes et considérations sur la manière dont fonctionne l’économie mondiale, voilà en quelques mots comment l’on pourrait décrire ce roman.
Stross nous entraîne ici dans des considérations bien plus sérieuses que d’habitude, emballant le tout avec une sympathique bande de nanas cullotées.
Et c’est là aussi un point intéressant de ce roman : la place de la femme est rarement aussi grande et positive, surtout sous la plume d’un homme.
Un chouette roman qui divertira tout en cultivant, voilà qui ne peut que donner envie !

Note finale :

9/10

Ils en parlent aussi :

Confessions d’une a’croc de lecture
Le blog de Li-An

N.B.

Challenge Steampunk

Charles Stross – Palimpseste

Auteur :

Charles Stross

Titre :

Palimpseste

2011, 158 pages

Cycle :

/

L’histoire en bref :

Faire carrière dans l’agence temporelle, aussi connue sous le nom d’Hégémonie, ce n’est pas une sinécure. En plus des missions de terrain où l’on risque à tout moment de prendre une balle ou pire, il y a aussi l’administration, la paperasse, les recherches en archives et puis, surtout, l’administration. Les pires dans ce domaine sont quand même les types des affaires internes, mais ceux de la bibliothèque sont pas mal non plus dans leur genre…

Cependant tout cela ne va pas arrêter l’agent Pierce, non, bien sur. Déjà parce que le job vient aussi avec pas mal d’avantages. Sauf qu’on essaye de le descendre, bien sur, mais cela non plus ne va pas l’arrêter… Sauf qu’on détruit la vie de famille qu’il s’est construit patiemment, bien sur, mais cela non plus ne va pas l’arrêter…

En fait il faudrait sans doute la fin des temps pour arrêter l’agent Pierce. Ou alors un palimpseste…

L’avis d’Eumène :

Très bonne nouvelle éditée en stand alone, Palimpseste est un savant mélange d’humour, de mystère et de paradoxes temporels qui ne laisse jamais le lecteur sur sa faim dans l’attente de quelque chose… Non, car le rythme, même entrecoupé de vignettes d’astrophysique par power-point, est rapide et les évènements ne cessent de se succéder. Le sujet de la réflexion générale de l’ouvrage est aussi intéressant, et le concept du palimpseste ne pouvait bien entendu que plaire à l’historien que je suis.

On retrouve dans ce texte tout ce qui fait la force de Stross et qui m’a fait adorer plusieurs de ses autres ouvrages, notamment son jouissif « Bureau des atrocités ».  Bref un vrai plaisir de lecture à recommander à tous les amateurs de voyage temporel et de S-F, d’autant plus qu’il se dévore en très peu de temps : deux trajets de tram et une pause de midi suffirent !

Note finale :

9/10

Challenge

/

Ils en parlent aussi