John Scalzi – Les Brigades Fantômes

Les Brigades fantômesAuteur :

John Scalzi

Titre :

Les Brigades Fantomes

Cycle :

Le vieil homme et la guerre

2008, 407 pages

L’histoire en bref :

Jared. Création génétique destinée aux forces spéciales de l’humanité, les Brigades Fantômes. Parle à l’âge de 60 secondes, marches à 120, entame son premier voyage spatial à peine une heure plus tard. Jared, surveillé, Jared en qui personne n’a confiance, un individu ayant deux mémoires, deux personnalités à l’intérieur de son corps synthétique.
Pourquoi ? Parce que la seconde identité de Jared est celle d’un homme plannifiant la fin de l’humanité. Jared, expérimentation pour retrouver les mémoires d’un traître. Un homme que les Brigades Fantômes doivent éliminer.
Un double que Jared aidera à éliminer. Mais est-ce vraiment un double ? Est-il le traître, ou est-il une entité autonome ?
Voyageant dans la galaxie, rencontrant diverses unités des forces spéciales, Jared va devoir trouver sa place et se faire accepter, c’est pour lui une question de survie. Et la survie, face aux fusils lasers et autres armes des ennemis de l’humanité, est une tâche difficile…

L’avis d’Eumène :

On retrouve l’univers du roman « Le vieil homme et la guerre », repris avec aisance par Scalzi. On y croise certe quelques personnages connus, mais la plupart sont nouveaux, tout comme la menace à laquelle est confrontée l’humanité suite à la trahison de l’un des siens.
Un récit intéressant, mais sans grandes surprises ni grande tension, un honnête roman de S-F qui ne se focalise pas tant sur les majestueuses évolutions des vaisseaux spatiaux, préférant resté près des hommes et de leurs faiblesses.
Mais le scénario manque de punch, les personnages n’accrochent pas vraiment l’attention du lecteur, c’est un de ces romans qui coulent comme de l’eau sans rester dans la mémoire. Pas mauvais donc, mais pas exceptionnel !

Note finale :

7/10

Ils en parlent aussi :

Quarante-Deux : Cosmos privés
Le cafard cosmique
Noosfère
Pitiland

John Scalzi – Le vieil homme et la guerre

Auteur :

John Scalzi

Titre :

Le vieil homme et la guerre
373 pages, 2007

Cycle :

/

L’histoire en bref :

« J’ai fait deux choses le jour de mes soixante-quinze ans : je suis allé sur la tombe de ma femme. Puis je me suis engagé. » Ces quelques mots, les premiers de ce roman, donnent déjà une bonne idée du contenu de ce livre : un vieil homme en fin de vie, veuf de surcroit, a décidé de s’engager dans l’armée des forces de défense des colonies. Pourquoi ? Il n’en sais trop rien : pacifiste, ayant passé toute sa vie sur terre, il n’a plus de buts réels ni d’attaches avec sa planète d’origine. Alors il a décidé de s’engager pour voir du pays, et aussi parce que les militaires n’accepteraient jamais des vieux croulants, ils doivent donc avoir un moyen de le rajeunir, et de lui donner un nouveau but dans sa vie. Mais avant cela il lui faudra passer par plusieurs étapes : bureaucratie, contrôles médicaux, rencontre de ses futurs camarades, … Viendra ensuite la formation militaire, la préparation au combat, puis la guerre enfin. La guerre contre des aliens  retords, une guerre qui ne fait pas de cadeaux, une guerre ou ces hommes et ces femmes qui croyaient s’être préparés à l’idée de la mort se rendent compte que ce n’était peut-être pas tout à fait vrai…

L’avis d’Eumène :

Vous avez déjà pensé à croiser Full Metal Jacket avec Starship Trooper ? Moi non. John Scalzi, lui, l’a fait et c’est le résultat de ce croisement que j’ai eu l’opportunité de lire la semaine dernière. Cette impression, dont j’ai ultérieurement constaté qu’elle était largement partagée par la blogosphère, je l’ai eu dés les 50 premières pages de ce roman que quatre heures suffirent à lire. Un divertissement honnête, un roman de science fiction de facture assez classique, une intrigue sans surprises, des personnages croqués non sans humour, une ambiance générale bien posée, pas de réel reproche à faire à ce livre si ce n’est peut-être, justement, le fait qu’il ne présente rien de bien exceptionnel. Certes l’idée de prendre des « vieux » et d’en faire des « bleus », des recrues sans expérience, est sympa, mais pour le reste il n’y a pas grand chose… Alors si vous cherchez un simple moment de détente je vous recommande ce livre, mais les amateurs de pensées profondes qui seraient en quête d’une réflexion sur, par exemple, le thème de la guerre, seront déçus.

Note finale :

7/10