Raymond Khoury – The Devil’s Elixir

Auteur :

Raymond Khoury

Titre :

The Devil’s Elixir

2011, 371pages

Cycle :

Sean Reilly (vol. 3)

L’histoire en bref :

Un coup de téléphone d’une de ses anciennes compagnes et voici l’agent du FBI Sean Reilly se précipitant à bord d’un avion en partance pour San Diego. Il vient d’apprendre qu’il a un fils. Et qu’il est en danger.

Pendant ce temps le chef de la division locale de l’agence anti-drogue DEA observe avec inquiétude une série d’enlèvements de scientifiques. Il en est convaincu, son pire ennemi est de retour : Raoul Navarro, « le sorcier », le narco-trafiquant qui a assassiné sa fille sous ses yeux avant de l’abattre de 23 balles, le laissant pour mort et provoquant le suicide de sa femme.

Pour Tess Chaykin, romancière et compagne de Reilly, l’arrivée du petit Alex dans la vie de son couple est un choc. Mais face à cet enfant traumatisé, elle ne peut qu’accepter ce que le destin lui offre.

Il ne leur reste plus qu’à surmonter les épreuves et triompher, ou simplement mourir…

L’avis d’Eumène :

Pour une fois Khoury ne nous entraîne pas en des lieux reculés de la planète, il ne nous fait pas remonter le temps pour expliquer le présent, il se contente de nous offrir un thriller de facture classique et clairement orienté vers Hollywood tant par ses thématiques que par ses rebondissements ou la manière très visuelle dont il décrit les évènements.

Mais lorsque comparé au roman de Tom Knox « The Babylon Rite« , qui reprend certains des mêmes prémices, le roman de Khoury apparait comme décevant et relativement creux. Par ailleurs l’emploi de la première personne du singulier pour Reilly, faisant de lui le narrateur, a quelque chose de forcé qui nuit un peu à la fluidité du récit.

Un livre qui ne restera donc pas dans les annales et qui, surtout, ne remplit pas le contrat annoncé par le quatrième de couverture.

Note finale :

06/10

Ils en parlent aussi :

Sean Hemingway – The Tomb of Alexander

Auteur :

Sean Hemingway

Titre :

The Tomb of Alexander

2012, 323 pages

Cycle :

/

L’histoire en bref :

Tom Carr, conservateur des antiquités classiques au Metropolitan Museum de New York, ne s’attendait pas à ce que sa visite guidée des collections nouvellement réouvertes d’art grec et romain puisse le lancer sur la piste de la tombe d’Alexandre le Grand. Carr n’a pourtant pas que cela à faire, ayant la responsabilité d’un site de fouilles en Crête orientale sur lequel ont été découvertes diverses inscriptions et une splendide statue du conquérant macédonien, lesquels sont menacés par les pillards et les trafiquants d’Antiquité. Pourtant une jeune femme du nom de Victoria Price, artiste résidant usuellement à Rome, va l’entraîner sur la piste d’une des plus grandes découvertes archéologiques de l’histoire…

L’avis d’Eumène :

Un livre de facture assez classique, ce premier roman d’un conservateur du MET de New-York met en scène la vie rêvée de l’auteur : jolies femmes, nombreux voyages et découvertes sensationnelles, le tout avec une pointe de mystère et de  danger. L’ensemble est assez médiocre, ne décollant réellement que durant les passages se déroulant en Crête orientale, région ou l’auteur fouille depuis des années et qu’il connaît donc très bien. On sent là l’amour de la région, de ses habitants, de ses terres arides et encore relativement préservées du tourisme de masse.

C’est d’ailleurs cette partie qui m’a le plus intéressé, ayant eu à travailler sur l’histoire de ces sites dans le cadre d’un de mes cours et mon directeur de mémoire ayant lui aussi fouillé dans ce secteur, sur le site d’Itanos que mentionne d’ailleurs Hemingway.

Au final donc un roman dont l’auteur est loin d’avoir le talent de son grand-père, le célèbre Ernest Hemingway…

Note finale :

6/10

Andy McDermott – Temple of the Gods

Auteur :

Andy McDermott

Titre :

Temple of the Gods

2012, 503 pages

Cycle :

Nina Wilde and Eddie Chase (vol. 8)

L’histoire en bref :

Être à la tête d’une institution internationale dédiée à la recherche et à la protection de biens archéologiques susceptibles d’avoir un impact technologique ou géopolitique dans le monde contemporain n’est déjà pas une tâche facile, mais quand en plus son époux est traqué par toutes les polices du monde pour le meurtre d’un agent d’Interpol cela devient vraiment très difficile pour Nina Wilde. Invitée au Japon pour y récupérer trois mystérieuses statues atlantes, elle ne se doute cependant pas que c’est là le début de nouveaux ennuis plus graves encore dont l’attaque à la roquette du gratte-ciel dans lequel elle se trouve n’est pas le plus important…

Des ruines sous-marines d’Atlantis à la chaleur torride d’un volcan africain, la voilà plongée sur les traces d’une mystérieuse pierre autrefois conservée dans le temple de tous les dieux atlantes, plusieurs groupes de tueurs à ses trousses…

L’avis d’Eumène :

Une fois encore l’auteur n’a pas fait dans la dentelle… Entre la destruction d’un immeuble en plein centre de Tokio, un combat sous-marin et un final explosif au coeur d’un volcan, McDermott n’a pas lésiné sur les explosifs. D’un autre côté il a aussi ramené plusieurs fils d’intrigue tissés au cour des précédents romans et l’on sent dans ce récit une volonté de clore une histoire, voire même tout un cycle. Les principaux ennemis récurrents disparaissent, de nombreux mystères s’éclaircissent et l’on se retrouve au final à regarder l’ensemble de la série plutôt qu’un seul récit.

Ce sentiment est à mon sens positif, car il devrait permettre à l’auteur de repartir sur quelque chose de tout à fait nouveau. A mon sens il pourrait même totalement abandonner ses personnages, maintenant qu’ils ont vaincu des adversaires d’une puissance rare et affronté pratiquement tous les types de dangers imaginables, entre les crash d’hélicoptères, les sous-marins endommagés, les geôles des narco-trafiquants, les complots des plus riches ou des agences secrètes américaines, les catastrophes naturelles ou les pièges antiques, sans même parler de la vengeance d’une ancienne épouse…

On retiendra en tout cas la cohérence de cet univers au fil des huit volumes, et la cohérence du style au fil de la série est aussi assez remarquable. On notera aussi l’évolution des personnages, très bien mise en valeur dans ce huitième tome par les réactions du père d’Eddy Chase comparées à celles de Nina Wilde.

Bref une bonne lecture que l’on recommandera à tous ceux qui ont lu et appréciés les précédents volumes !

Note finale :

8/10

Matthew Reilly – Scarecrow and the army of thieves

Auteur :

Matthew Reilly

Titre :

Scarecrow and the army of thieves

2011, 400 pages

Cycle :

Scarecrow

L’histoire en bref :

Être le meilleur commando au monde signifie souvent se faire de puissants ennemis.

Et lorsque l’on a coulé le porte-avion et un sous-marin nucléaire d’une grande puissance on peut s’attendre à être pris en chasse par une armée de tueurs, au sens propre du terme.

C’est pour cette raison que le capitaine des Marines Shane Schofield, connu sous le nom de code « Scarecrow » est dans l’Arctique, chargé de l’évaluation d’un certain nombre de nouveaux équipements en compagnie de trois autres soldats et d’autant de civils.

Mais lorsqu’un appel urgent arrive pour lui demander de prendre d’assaut une ancienne forteresse soviétique remplie d’armes non conventionnelles, Scarecrow n’hésite pas, quitte à se faire de nouveaux ennemis. Ou peut-être aussi des amis ?

L’avis d’Eumène :

Un auteur qui ne change guère au fil des années. Ses romans sont toujours aussi légers, irréalistes, rédigés comme les scripts de films d’action d’Hollywood, et pourtant on en redemande.

Il reprend ici le héros qui lui a ouvert les voies de la célébrité pour un nouveau roman où l’action sait aussi servir au dévelopement de la psychologie des personnages (enfin, en restant dans certaines limites tout de même car ce n’est pas l’objectif du récit…)

Adrénaline est vraiment le mot qui définit le mieux ce genre de livres, et même un roman d’Andy McDermott peut sembler lent à côté du rythme de ce livre dont il faut toutefois reconnaitre qu’il arrive à cet effet en partie par une hyper-violence qui ne plaira pas à tous les lecteurs…

Bref un bon divertissement, l’affaire de quelques deux heures et demi de lecture durant lesquelles on ne voit pas le temps passer.

Note finale :

08/10

Ils en parlent aussi :

Clive Cussler – Crescent Dawn

Auteur :

Clive Cussler

Titre :

Crescent Dawn

Cycle :

Dirk Pitt vol. 21

L’histoire en bref :

L’explorateur sous-marin Dirk Pitt est une fois de plus en mer, chargé par le gouvernement turc d’une mission d’exploration à la recherche d’une source de pollution ayant provoqué la mort de nombreuses espèces marines.
La découverte en cours de route d’une épave datant de l’époque du sultan Soliman le Magnifique viens ajouter un caractère exotique à cette mission de routine, laquelle prend un tour plus dangereux lorsque les artéfacts récupérés au fond de la mer sont volés dans le laboratoire auquel Dirk les a confiés… .
Dans le même temps sa fille Summer est elle occupée par la recherche de l’épave d’un navire britannique de la première guerre mondiale coulé dans des circonstances mystérieuses alors qu’il transportait lord Kitchener à son bord. Un secret que certains veulent conserver près d’un siècle après les faits…
Son frère jumeau Dirk est lui en mission dans le port romain de Césarée, en Israël, où il fait une splendide découverte archéologique avant de voir ses découvertes volées par un commando de pillards qui n’hésite pas à faire feu contre les archéologues.
Trois intrigues qui vont bien vite se révéler plus intimement liées que l’on eut pu le croire…

L’avis d’Eumène :

Depuis près de 40 ans les lecteurs peuvent suivre les aventures d’un héros presque aussi inaltérable que l’acier inox et de ses amis, ses enfants l’accompagnant également depuis quelques volumes. Le retrouver c’est la garantie de retrouver un certain nombre d’ingrédients classiques : la mer bien sur, avec ses richesses naturelles et historiques, les vieilles voitures de collection, des grands méchants que ne renierait pas James Bond, généralement des familles criminelles que le héros ne pourra s’empêcher de mettre hors d’état de nuire, et puis aussi une série d’amis fidèles sur lesquels le héros peut toujours compter, entre l’ingénieur sous-marin et ses véhicules ou ses robots fantastiques, le vieil amiral au fait de tous les couloirs de la politique de Washington ou encore l’historien gastronome que l’on appelle toujours lorsque l’on a besoin d’une information, comme si l’on était dans un épisode de « Qui veut gagner des millions ».
Mais le plus impressionnant est que ce mélange fonctionne toujours, roman après roman, et que l’on ne s’étonne plus des découvertes exceptionnelles ou des retournements de situation surprenants. Clive Cussler est pour ainsi dire le père spirituel de générations d’auteurs modernes à l’instar de David Gibbins.
Crescent Dawn, avec ses décors stambouliotes ou cypriotes, fournit tout ce que l’on attend de lui et aura su me donner l’impulsion qui me manquait pour mon départ en vacances : dans moins de 48h je serais moi aussi dans les citernes byzantines et les couloirs du musée archéologique de Byzance/Constantinople/Istanbul…

Note finale :

08/10

Ils en parlent aussi :

David Gibbins – The Gods of Atlantis

Auteur :

David Gibbins

Titre :

The Gods of Atlantis

Cycle :

Jack Howard (vol. 6)

L’histoire en bref :

L’archéologue et aventurier Jack Howard est de retour à Atlantis où une mission géologique lui donne l’opportunité de plonger une nouvelle fois au travers des ruines de la mère de toutes les villes.
La scène qu’il y découvre lui donne à réfléchir à la notion même de religion, à sa naissance et à son évolution. Pendant ce temps, son ami le professeur Hiebermeyer est en Allemagne, dans un site qui résume toute l’horreur de la seconde guerre mondiale.

Ce qu’il va y découvrir va lui donner la nausée, mais aussi le mettre sur la trace d’un artéfact faisant le lien entre les croyances ésotériques nazies et l’Atlantide, un artéfact susceptible de devenir une vraie menace pour l’humanité…

Surtout, les deux chercheurs ne sont pas les seuls à s’intéresser à Atlantis et ils devront bientôt faire face à un adversaire déterminé qu’ils pensaient avoir neutralisé mais qui ne faisait que patienter dans l’ombre…

L’avis d’Eumène :

De plus en plus Gibbins me donne l’impression d’être un nouveau Clive Cussler plus qu’un Dan Brown. En effet ses romans tournent plus au roman d’aventure qu’au thriller « historique » ou « ésotérique ».

Cependant la complexité de certains thèmes abordés (notamment la réflexion sur la naissance du concept de religion, basée sur les dernières recherches scientifiques en la matière) sont bien plus riches et complexes que celles que l’on trouve dans un roman du père de Dirk Pitt.

On peut d’ailleurs considérer que certains des passages dans lesquels Gibbins expose ces théories peuvent être un peu longuets, surtout pour un non spécialiste ou quelque peu au fait de ces questions.

En tout cas je commence à m’effrayer du nombre de sites plus ou moins « mystérieux » ou « exotiques » mentionnés par les auteurs de thriller que j’ai visité au fil de mes voyages : vais-je bientôt ne plus pouvoir trouver de sites inconnus dans la région méditerranéenne ?

Note finale :

08/10

Ils en parlent aussi :

David Gibbins – The Tiger Warrior

Auteur :

David Gibbins

Titre :

The Tiger Warrior ( vf: Tigres de Guerre)

Cycle :

Jack Howard (vol. 4)

L’histoire en bref :

L’archéologue Jack Howard et son équipe sont sur les traces du commerce qui prospérait dans l’Antiquité entre l’Empire Romain et le sud de l’Inde, terre d’épices et d’étoffes très prisées à Rome.
A terre, Maurice Hibermeyer a lui découvert une nouvelle preuve littéraire exceptionnelle de l’existance de ce commerce.
Mais l’Inde attire aussi Howard en raison du passé de sa propre famille, un de ses ancêtres ayant combattu dans ces jungles du sud du sous-continent, y découvrant au passage un monument exceptionnel et des éléments allant le mettre sur les traces d’une incroyable aventure.
Son héritier redécouvrira ce monument et se lancera à son tour sur la piste d’un mystérieux romain, piste qui le conduira jusque dans les lieux les plus reculés de l’Asie Centrale…

L’avis d’Eumène :

A nouveau la structure de ce roman, qui s’ouvre sur une double découverte sous-marine et littéraire, est très familière. Cependant la quête de Howard pour découvrir la vie de son ancêtre viens offrir une distraction bienvenue qui masque un peu l’aspect répétitif de ces romans qui certe nous dépaysent toujours mais qui n’en restent pas moins tellement similaires…
Une lecture honnête, mais rien de particulièrement exceptionnel donc dans ce roman.

Note finale :

07/10

Ils en parlent aussi :

Action Suspense
Chroniques littéraires de la rentrée

David Gibbins – The Mask of Troy

Auteur :

David Gibbins

Titre :

The The Mask of Troy (vf: Le masque de Troie)

Cycle :

Jack Howard (vol.5 )

L’histoire en bref :

Jack Howard, archéologue spécialiste des fouilles sous-marines, est une fois de plus plongé au propre comme au figuré dans le passé. Cette fois c’est une galère datant d’une époque proche de la guerre de Troie qui fait l’objet de toutes ses attentions.
A terre une autre équipe fouille la citadelle et y fait une remarquable découverte, une découverte que n’a pu manquer Schliemann. Qu’a donc caché le célèbre découvreur de Troie et de Mycènes ? C’est en se lançant sur ses traces que l’équipe se plonge au coeur d’une histoire beaucoup plus récente que la colère d’Achilles.
Car les découvertes de l’archéologue allemand ont été réutilisées par le plus sombre des régimes d’Europe et les trésors de Priam et d’Agamemnon ont été détournés pour servir sa sombre idéologie.
Or ce passé n’est pas encore complètement enterré et le réveller peut entraîner bien des dangers…

L’avis d’Eumène :

Une fois encore Gibbins nous propose un récit formatté mais habillé d’une intrigue intéressante, plus complexe que celles que l’on trouve habituellement dans les romans de ce genre.
Rien de bouleversant non plus, et le lecteur assidu de l’auteur n’éprouve malheureusement plus guère de surprise face aux rebondissements presques téléphonés, mais néanmoins on passe un agréable moment à lire ce Mask of Troy.

Note finale :

07/10

Ils en parlent aussi :

Les lectures de louve
Les lectures de Mylène

David Gibbins – The Last Gospel

Auteur :

David Gibbins

Titre :

The Last Gospel (vf: Le dernier évangile)

Cycle :

Jack Howard (vol. 3)

L’histoire en bref :

Lorsque Jack Howard et son équipe découvre une épave au large de la Sicile, il est loin de penser qu’il va bientôt être impliqué dans une quête presque mystique aux sources du christianisme.
Pourtant il est bientôt confronté à certains des plus anciens témoignages de la foi, en ce compris un mystérieux manuscrit rédigé par l’Empereur Claude et reprenant une conversation qu’il eut avec un prophète juif du nom de Jésus…
Ce document, trouvé à diverses occasions par différents croyants, a toujours été caché : à Rome, en Angleterre ou même, plus récement, dans le nouveau monde.
Mais tout le monde ne veut pas que ce document retrouve la lumière du jour et les obstacles qui se dressent devant l’archéologue ne sont pas tous hérités du passé…

L’avis d’Eumène :

Un petit goût amer se dégage à la fin de la lecture de ce roman. Car si il reste honnêtement écrit, garde un rythme soutenu, offre une intrigue relativement riche, on se retrouve avec une impression terrible de déjà lu.
La raison en est simple, en l’occurence le fait que l’auteur reprend ici encore la structure déjà utilisée dans ses deux précédent romans, ne faisant preuve sur ce point d’aucune imagination.
Dommage, mais cela n’en fait toutefois pas un mauvais livre.

Note finale :

07/10

Ils en parlent aussi :

Biblioblog
Destination culture
Legendi Tempus

Raymond Khoury – The Templar Salvation

Auteur :

Raymond Khoury

Titre :

The Templar Salvation (vf. : La malédiction des Templiers)

2010, 448 pages

Cycle :

Sean Reilly (vol. 2)

L’histoire en bref :

Lorsque Tess, ex-compagne du directeur de l’unité anti-terroriste du bureau new-yorkais du FBI, est enlevée, ce dernier croit revivre un cauchemar. Sans hésiter il se précipite à Rome pour essayer de l’aider, rencontrant un individu se présentant comme le Pr. Sharafi. Bien vite cependant il découvrira dans le sang et la douleur que l’homme était un imposteur. Une course contre la montre s’établit alors pour empêcher que l’homme ne découvre un mystérieux trésor templier.

Des rives du Tibre à celle de l’Égée en passant par Istanbul et la Cappadoce, Tess et l’agent Reilly vont tout faire pour arrêter un terroriste sans le moindre regard pour la vie humaine, un fanatique bien décidé à abattre l’Eglise Catholique Romaine et, à travers elle, l’Occident tout entier…

L’avis d’Eumène :

Rempli d’action, reprenant des personnages connus mais sans faire trop de références au passé, Khoury nous entraîne en des lieux classiques du genre (les archives vaticanes) et d’autres moins souvent visités, à l’image des villages taillé dans la roche des vallées de Capadocce.

Si ses personnages sont fort stéréotypés et l’intrigue assez classique, le mélange reste néanmoins efficace et délasse bien le lecteur.

Note finale :

07/10

Ils en parlent aussi :

Polarophile

Mes livres et vous